Red Beans and Pepper Sauce

En cet hiver doux souffle un air de printemps à la sauce poivrée qui ne demande qu’à accompagner quelques haricots rouges dans un tumulte de musique à multiple facettes. Je parle des Red Beans and Pepper Sauce, groupe de Béziers aux influences diverses mais oh combien ”grandissimes”.

Après un premier album en 2010 et un live en 2011, les Red Beans nous offrent un ” Who Made The Sauce” très riche et généreux en goût. En juillet 2013, les Red Beans remportent 4 des 7 prix du tremplin 2013 au Cahors Blues Festival, à savoir : Prix Cahors Blues Festival, prix du Collectif des Radios Blues, prix France Blues, prix de la salle Rio Grande de Montauban.

Cet album comporte 10 titres dispensés par Jessyka Aké au chant, Laurent Galichon à la guitare, Baptiste chaubard au clavier, Denis Bourdié à la basse, Thierry imperato aux drums, Marc Averous au sax et à la flûte et JP Capodanno à la trompette et au bugle.

Alone introduit une douce saveur des terres ancestrales du Blues avant de poursuivre par une recette à la ”Derek Trucks” très subtile et stylisée qui ma fois se laisse apprécier à juste titre, vous accompagnant dans un monde imaginaire que seul son créateur connait.

I Should Lie prend la suite avec une cadence plus Rhytm’n’Rock qui va surprendre par le coulis d’un Blues langoureux caché dans ses entrailles et qui fait dresser les poils tellement c’est bon !

Stay In Bed est provocateur avec un clavier tout en finesse, une section de cuivre pour le nappage et une guitare qui va relevé ce ”Boogie Blues” endiablé.

La suite laisse place aux teintes Funk avec We’re Gonna Funk U qui n’est pas sans rappeler parfois un certain Macéo Parker et là encore l’orchestration est divine car il n’y a rien de trop, tout est millimétré avec sagesse jusqu’à, une fois encore ce petit coulis concocté par une guitare aux saveurs ”Blackmoriennes” qui laissera la place à un sax digne de Dick Heckstall dans les années les plus folles de Colosseum.

Je passerais volontairement à Who Do U Think U Are qui est un massage de l’esprit qui va laisser s’exprimer les cuivres et vous transporter dans une grande quiétude, c’est assuré et c’est un pur bonheur !

Devant tout cela, je ne pourrais dévoiler le reste issus du même génie en la personne de Laurent Galichon qui je vous l’accorde à une imagination musicale très fertile. A vous de découvrir les subtilités et les richesses de ce joyau qui est à consommer sans modération. Le jeux de guitare y est incisif et ténébreux mais non pas sans quelques douceurs, la rythmique est sans appel et et le clavier et les cuivres viennent finaliser une structure parfaite, le tout ”vocalisé” par une voix à la fois douce et cyclonique.

Juste pour le fun, essayez de fermer les yeux à l’écoute de The Squire et essayez de trouver quel flic des années 70 armé d’un 44 magnum fait son apparition. Bien sur tout cela à la sauce piquante !!!

Comment ne pas récompenser cette formation qui excelle dans la créativité de la composition et des arrangements avec un travail perfectionniste dans un monde où tout est permis pour offrir à l’auditeur, un voyage féerique. Cet album est monstrueux (ben oui, appelons un chat, un chat !) plein de surprises délicates et d’inventivité qu’il faut saluer avant, pendant et après l’avoir dégusté.

Sincèrement, ne passez pas à côté de ce Who Made The Sauce, vous risqueriez de le regretter !