Everybody’s Talkin

Everybody’s Talkin’ a été enregistré en octobre 2011 lors de la tournée mondiale du Tedeschi Trucks Band et compte 11 musiciens dont 2 batteurs, déjà présent sur Révélator.

Ce double live à un goût particulier et ne ressemble pas au précédent album malgré quelques morceaux similaires mais cuisinés différemment.

Everybodys Talkin ouvre la séance avec ”The voice” Susan très éraillée et envoutante, sur un fond musical feutré et torride à la fois. Midnight in Harlem à le don de vous faire profiter d’une balade nocturne et chaude en bord de mer et dosé avec méticulosité et génie.

Learn How To Love engage la conversation sur des gènes à la J.L Hooker mais vite rejoint par une fragrance 70’s digne de ces temps passés où la musique était encore un jeu de rêves et de vie exaltant. Le duel guitaristique est somptueux.

Muddy Waters laisse trainer son fantôme avec un Rollin and Tumblin original qui se rapproche de Brodway avec une adaptation ma fois bien agréable. Nobody’s Free est ”free” de part l’imaginatif de Derek Trucks qui nous gratifie d’un solo jazzy groove très personnel et superbe.

Kofi Burbridge donne une dimension gigantesque au morceau avec un solo de flute monstrueux et très prenant. That Did It laisse Susan Tedeschi surpasser l’expression vocale grasse et attachante qu’on lui connait, la guitare sort de son lit pour inonder nos oreilles d’une crue de notes très blues.

Le groove s’installe sans gène avec Love Has Something Else To Say qui rappellera de bons souvenirs savoureux à nos esgourdes engourdies et qui prolongera le bonheur avec With Kissing My Love. Pour les autres morceaux que je vous laisse découvrir, c’est calqué sur la même qualité et la même détermination à donner un concert hors normes.

Sinon que dire de ce double live qui est une fois de plus à la hauteur avec une minutie exemplaire, un travail toujours à la perfection et une multitude de facettes musicales enrichies par des interventions de flute, trompette, sax à couper le souffle.

Ce nouvel opus de l’histoire de Derek Trucks et de sa compagne, montre qu’il est toujours possible d’avancer tout en allant puiser dans le passé, vers un horizon qui ne fait qu’un avec le personnage.